SORTILEGES ET CARAFONS

sortileges_et_carafons_450Faire découvrir l’art lyrique aux enfants, une drôle d’idée ? C’est vrai que même pour les adultes, l’opéra, c’est l’art de l’élite, difficile d’accès. Alors quand Mamie a absolument tenu à offrir Sortilèges et Carafons au Grand, j’avoue que j’étais un peu dubitative.

Et j’avais tort ! L’histoire, à l’origine un spectacle créé par la soprano Gaëlle Méchaly et le pianiste Ezequiel Spucches, est un tourbillon de mots et de musique. Poétique, loufoque, baroque, l’imagination de la petite Anaïs entraîne les enfants à la découverte des sonorités du chant lyrique.

Tout commence avec l’alphabet « Le G est un Garnement », se poursuit avec les chiffres, et glisse d’une idée à l’autre, de Peter Pan à un poème de Desnos. Poulenc est là avec le Petit René (qui se cure le nez), Quelle aventure et le Carafon, Debussy aussi… Ma seule réserve est que les paroles des chansons ne sont pas toujours compréhensibles pour les petits. En même temps, qui a besoin de tout comprendre ? L’essentiel est la sonorité, comme pour les mots : l’allitération est plus importante que le sens, elle s’accroche à l’oreille du petit et lui apprend la poésie. Pour le chant c’est pareil : la voix l’emporte sur le sens, l’enfant apprivoise les sonorités particulières de l’art lyrique, qui lui sont tout à fait naturelles, puisqu’il n’a pas (trop) les a priori de ses ainés.

De plus, à chaque écoute, l’enfant découvre des choses, en laisse d’autres de côté. Il faut dire que les auteurs et interprètes convoquent une grande diversité de compositeur : Ravel, Schubert, Rossini et d’autres que je ne connaissais pas. Et ce qui est bien avec cette diversité, c’est qu’elle offre aux adultes de multiples pistes à explorer. Par exemple, et là je n’ai pas été chercher très loin, j’en ai profité pour faire écouter au Grand la « Truite » de Schubert (soit le Quintette en La Majeur).

Tout cela peut sembler un peu riche, mais l’album est donné à partir de 5 ans, et ça fonctionne bien avec le Grand qui ne les a pas encore. D’ailleurs je crois sincèrement qu’on peut faire écouter des albums un peu au-dessus de leur âge aux enfants, tant que ça ne heurte pas leur sensibilité. Si c’est un peu complexe, eh bien ils retiendront ce qu’ils voudront, et ça ne sera jamais une perte de temps.

Du coup, je guette les prochaines dates, même s’il y a peu de chances que le spectacle revienne sur Paris. J’ai parlé de la représentation de Lyon samedi dernier. N’hésitez pas à me raconter si vous avez pu y aller ! Les dates sont annoncées sur le site du producteur, Victory Musique. A suivre…

Sortilèges et carafons, éd. Des Braques, Textes : Anne Loyer, Gaëlle Méchaly, Natalie Dessay / Illustrations : Anne-Cécile Boutard

 

Ce contenu a été publié dans ALBUMS, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à SORTILEGES ET CARAFONS

  1. Ping : HISTOIRE DE BABAR | Les Petits Mélomanes

  2. Ping : LE MAGICIEN D’OZ | Les Petits Mélomanes

  3. Ping : DERNIER SPRINT AVANT NOEL : DES IDEES D’ALBUMS | Les Petits Mélomanes

  4. Ping : HOMBRECITO, LE PETIT PRINCE ARGENTIN | Les Petits Mélomanes

  5. Ping : TOUS A L'OPERA - Les Petits MélomanesLes Petits Mélomanes

  6. Ping : Les ateliers musicaux en mars à Paris 19e - Les Petits MélomanesLes Petits Mélomanes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *