UNE JOURNEE A LA PHILHARMONIE

Philharmonie portes ouvertesLe week-end dernier, nous avons fait un tour aux portes ouvertes de la Philharmonie. Rien n’était gagné d’avance, entre la fatigue hebdomadaire du Grand et l’affluence attendue. J’y allais surtout pour voir, ressentir l’ambiance, participer un peu si possible. Au final, nous avons eu beaucoup de chance (celle de ceux qui se lèvent tôt…) et le Grand en a bien profité.

PREMIERS PAS

Dès l’arrivée devant le nouveau bâtiment, vigipirate ralentit un peu le flux des visiteurs, ce qui laisse le temps au grand de coller le nez à la vitre de la première salle pédagogique, occupée par deux balafons géants, en fait de grand xylophones d’Ouganda. A l’intérieur, quelques câbles pendent encore du plafond, mais le Grand est surtout impressionné par les “stalactites” de métal qui décorent le hall. On bifurque vers les espaces pédagogiques, moi pas trop sûre de comment ça va se passer, mais tout de suite accueillie par de gentilles personnes, un P épinglé sur la poitrine, qui nous dirigent vers une salle d’éveil musical. Ah bon, c’est pas plus compliqué que ça ?

ÉVEIL MUSICAL ET INSTRUMENTS FANTASTIQUES

dgridoo

Manu explique les instruments à vent

Le plus remarquable, dans cette salle, c’est l’incroyable profusion d’instruments, du violon à la contrebasse, en passant par des percussions, des gongs, des xylophones, une mini harpe celtique ou encore la star du Grand, la trompette. Sans compter tous les instruments qu’on a du mal à identifier.
Manu, qui anime la séance, nous propose de faire le tour pour regarder les instruments puis de venir nous assoir par terre face à lui. Il nous présente alors la famille des vents à l’aide d’un accordéon, d’un didgeridoo et d’un rhombe, une pierre attachée à une ficelle que l’on fait tourner au-dessus de sa tête. Il explique la  manière de faire vibrer les lèvres et fait souffler les enfants dans des tuyaux. Le Grand s’en donne à cœur joie, les joues bien gonflées. Et c’est le même plaisir quand il peut souffler dans le trombone. La séance est très riche et le temps passe vite, mais Manu essaie d’en montrer et d’en raconter le maximum, faisant vibrer la trompette contre les gongs, expliquant de manière rapide et efficace les instruments à corde, laissant enfin le son finir de vibrer avant de nous libérer. Au final, un très beau moment pour le Grand qui parle le lendemain de lèvres qui vibrent et de tuyaux dans lesquels on souffle.

arbrassonNous avons ensuite la chance de pouvoir faire une deuxième séance, du côté des instruments insolites. Sur le tapis, de nombreux instruments peu familiers, sur lesquels on imagine taper d’une manière ou d’une autre pour la plupart. L’animatrice propose à chacun de choisir un instrument, puis explique les gestes du chef d’orchestre pour faire essayer aux enfants l’orchestre, le duo, le solos. Dans la multitude, j’ai un coup de cœur pour l’imposant arbrasson ou “instrument des caresses”, créé par le sculpteur José Le Piez.

Nous quittons la Philharmonie au moment où les couloirs des espaces pédagogiques commencent à se remplir. Il faut laisser la place aux suivants !

FIN D’APRÈS-MIDI A LA PHILHARMONIE 2

Nous revenons à la Philharmonie vers 15h30 pour assister au spectacle Mon saumon a de la chance. Mais là, c’est une autre ambiance que le matin. Il faut dire qu’il y a du monde, beaucoup de monde. La queue pour assister à la performance de LangLang dans la grande salle est impressionnante. A la Philharmonie 2, ex-Cité de la musique, il faut attendre que les vigiles contrôlent les sacs de visiteurs impatients, souvent inquiets de rater leur concert.

Contes au musée de la musique

Le Grand attend le début des contes.

Finalement le spectacle est complet. C’est un peu frustrant, car il y a pas mal d’adultes qui viennent sans enfants. Une mamie renonce à accompagner sa fille et sa petite fille pour laisser une chance à un autre enfant et râle contre ces adultes qui prennent les places des petits. Pas facile à gérer pour le personnel de la Philharmonie !

Heureusement une gentille dame de la Philharmonie nous conduit dans une autre salle pour écouter des contes en musique. Le Grand apprécie, même si la journée commence à être longue (il faut dire que nous avons fait une pause… à la Cité des enfants). Pas sûre qu’il retienne la présentation des trois guitares du musicien : baroque, XIXe, et la moderne à 7 cordes !

De toutes manières on reviendra, après cet aperçu on n’a qu’une envie, c’est de programmer une autre visite, que ce soit pour une des nombreuses formules d’éveil musical ou pour écouter des contes au musée. J’ai quand même l’intuition que si  le Grand ne peut pas manipuler un instrument, la prochaine fois, il sera déçu. La barre est haute maintenant…

Regardez d’autres photos de la journée sur le fil Twitter : jetez un œil à la colonne de droite de ce blog !

Ce contenu a été publié dans SORTIES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>