Les concerts classiques pour enfants de la rentrée, âge par âge

C’est la rentrée ! Si vous n’avez pas encore pris vos places pour les concerts de l’automne pour vos enfants, c’est le moment de le faire. Eh oui, plusieurs d’entre eux affichent déjà complet. Sont répertoriés ci-dessous ceux qui proposent encore des places en région parisienne.

Cette saison, je suis très curieuse de l’offre de la Maison de la Radio et de ses deux orchestres, mais aussi de la programmation de l’Orchestre Colonne qui propose de faire découvrir aux petits de grands classiques comme Les Quatre saisons ou encore la Symphonie héroïque de Beethoven. La Philharmonie de Paris propose comme à son habitude de nombreux spectacles et concerts jeune public, avec un ancrage musique du monde. On profitera aussi des concerts Tôt / concerts Tea du théâtre du Châtelet avant sa fermeture pour 2 ans de travaux. Et si les salles de concert ne vous disent rien, vous pourrez aussi tester le format original proposé par la jeune association “La Pochette musicale”. Quant aux ciné-concerts, ils seront plutôt nombreux et variés grâce à Mon Premier Festival.

A partir de 3-4 ans

C’est l’âge des premiers concerts. Pas évident de proposer des productions adaptées aux plus petits, c’est d’ailleurs pour ça qu’il y en a moins. Et qu’ils sont en général pris d’assaut.

Paris – New York, La Pochette musicale (Delta Five)
1er octobre, Centre d’animation de la Tour des Dames (Paris 9)
Du classique à la musique de film, un voyage éclectique tout en cuivres de Paris à New York.
12/10 €

Dansekinou, ballet
19-21 octobre, Opéra Bastille
Un ballet pour les plus petits sur le thème contemporain des familles recomposées.
16/5 €

Mozart et la Sachertorte, La Pochette Musicale (Moeko Ezaki)
19 novembre, Conservatoire d’Issy-les-Moulineaux
Un format un peu inhabituel (eh oui on a déjà nos habitudes !) qui allie visite du conservatoire et goûter-concert autour de Mozart.
12 €

A partir de 6-7 ans

A partir de la grande section de maternelle environ, les enfants arrivent à se concentrer plus longtemps, et surtout ils comprennent des notions plus complexes. On peut donc commencer à leur proposer un éventail d’expériences plus large, avec un ancrage pédagogique plus important. C’est le moment d’essayer plein de choses !

Petrouchka, Orchestre philharmonique de Radio France / Compagnie Per Poc
1-2 octobre Maison de la Radio
Le ballet de Stravinsky raconté par les marionnettes de la compagnie Per Poc.
20/8 €

Trajectoires, Christine Kotschi
5 octobre Philharmonie de Paris
Un récital d’instruments du monde pour petites oreilles. Un petit aperçu plus bas !
10/8 €

L’Histoire du soldat, Orchestre philharmonique de Radio France / Compagnie Per Poc
8 octobre, Maison de la Radio
Sept musiciens et trois personnages racontent l’histoire du Soldat de Stravinsky et Ramuz. 12/8 €

Les habits neufs du roi, compagnie Contrepoint
14-15 octobre, Amphithéâtre Bastille
Un ballet jeune public sur le thème du célèbre conte
16/5 €

Enquête au National, Orchestre nationale de France
15 octobre, Maison de la Radio
Un Cluedo en compagnie de Ravel et de Piazzola.
12/8€

Kromoritmos, Quatuor Beat
16 octobre, Théâtre du Châtelet
Concert de percussions.
10/5 €

Williams Musiques de films, Orchestre Colonne
16 octobre, salle Wagram
Star Wars, Indiana Jones, etc
12/10€

Noces-Bayna
5 novembre, Philharmonie
Répertoire traditionnel français et irakien
10/8 €

Dzaaa, compagnie La Tortue
9 novembre, Philharmonie
Un conte musical pour kora et violoncelle.
10/8€

Un amour de tortue, Orchestre de Chambre de Paris
16 novembre, Cité de la musique – PhilharmonieLe roman de Roald Dahl adapté sur une musique d’Isabelle Albouker.
10/8€

Symphonie Héroïque, Orchestre Colonne
20 novembre, Salle Wagram
La 3e symphonie de Beethoven.
12/10€

Le dernier livre de la jungle, Orchestre Philharmonique de Radio France, Chœur de Radio France
1-2 décembre, Maison de la Radio
Concert-fiction
15/8€

Concert de Noël, La Pochette Musicale
3 décembre, Eglise Saint-Roch
Françoise Levechin-Gangloff organiste de Saint-Roche et compositrice, sera accompagnée de la maîtrise d’enfants de Saint Roch.
Participation libre.

Les 4 saisons, Orchestre Colonne
4 décembre, salle Colonne
Un grand classique à écouter au moins une fois en live.
12/10€

Goupil, Compagnie Les compagnons de Pierre Ménard
7 décembre, Philharmonie
Le Roman de Renart , adapté au violoncelle, mime et langue des signes.
10/8€

Ohé du bateau, Orchestre National de France et comédien
10 décembre, Maison de la Radio
Variations sur l’élément marin avec Debussy, Ravel, Britten
12/8 €

Adams, Berstein, Orchestre Colonne
11 décembre, salle Wagram
http://www.orchestrecolonne.fr/index.php/09-10-11-decembre
12/10€

Kagel / La Rose des vents, Ensemble Aleph, jongleurs
18 décembre, Maison de la Radio
Dans le cadre d’un cycle consacré aux arts du cirque, une initiation au jonglage en musique.
12/8€

Chaplin / Le Cirque, Orchestre National de France
18 décembre, Maison de la Radio
Ciné concert.
12/8€

A partir de 8 ans

A cet âge, on peut largement emmener les enfants aux concerts qui ne leur sont pas destinés, à charge pour nous de bien choisir… et on peut aussi continuer à les emmener aux concerts dits “pédagogiques”. Bref, liberté totale, il n’y a plus qu’à choisir…

Quiz Symphonique, Orchestre du CRR
20 novembre, Théâtre du Châtelet
Vive l’interactivité, avec un nouveau quiz à jouter en famille !
10/5 €

Musique et cinéma

Mon premier festivalA découvrir aussi les ciné-concerts du festival Mon Premier Festival qui a lieu pendant les vacances d’octobre dans un réseau de cinémas parisiens. La programmation est variée, avec des courts-métrages pour les plus petits dès 2 ans, du Chaplin et du Buster Keaton pour les plus grands.
4€

Publié dans SORTIES | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

A l’auditorium de Lyon, un Pierre et le loup loin des sentiers battus

Pierre et le loup pour orgue et pianoPierre et le loup, on en connaît quelques versions… Eh bien les petits mélomanes n’avaient pas encore testé celle pour orgue ! C’est chose faite à l’Auditorium de Lyon, où le 22 juin dernier Florian Santos a de nouveau proposé son adaptation très originale du fameux conte, en compagnie d’Octavian Saunier à l’orgue et de Dimitri Papadopoulos au piano.

Nouvelle venue sur ce blog, je prends la plume pour un reportage spécial à Lyon. Car oui, il existe une vie culturelle et musicale aussi en dehors de Paris, et plus exactement une vie musicale adaptée aux enfants ! En voici le récit…

Depuis le temps que tante Julia me raconte les époustouflantes aventures du Grand et du Petit dans le monde des petits mélomanes, j’avoue que j’avais bien envie de tenter aussi avec mon Aîné, conscrit du Grand, un spectacle musical pour enfant. L’affaire n’est pas dans le sac car l’Aîné n’est pas un mélomane, il est plutôt dans l’art plastique (Et en relief. Du genre installation d’art contemporain partout dans la maison, vous voyez ?).

Comme nous habitons tout près de la 2e plus grande ville de France (non, pas celle en bord de Méditerranée, l’autre), je peux raisonnablement espérer trouver un programme « pour enfant » à l’Opéra ou à l’Auditorium. Je jette mon dévolu sur le second, moins impressionnant pour un premier essai. Ce printemps étaient proposés, entre autres, Peter Pan (par Olivier Pénard), et le très célèbre Pierre et le Loup, bien connu de tous les enfants (je crois ?). Je signe pour le second sans rien lire du descriptif : C’est un classique, avec une histoire récitée, cela ne peut que plaire à l’Aîné, non ?

Ascension de l’Auditorium

Ce mercredi après-midi, nous voilà devant l’entrée de l’Auditorium de Lyon. Avant de rentrer dans le vif du sujet, un mot sur le bâtiment (eh oui, je suis historienne et guide, on ne se refait pas !). Il a été construit avec l’ensemble du quartier Part-Dieu dans les années 1970, dans un matériau bien à la mode à Lyon : le béton armé. Sa réalisation est une prouesse architecturale signée Charles Delfante et Henri Pottier. La salle elle-même, toute coffrée de bois, contraste avec le béton brut des espaces de circulation et de l’extérieur. Avec sa forme de théâtre antique et son fort dénivelé, elle accueille confortablement plus de 2000 auditeurs.

Nous empruntons donc « l’entrée du public », qui a des allures très sympathiques de passage secret (mise en condition garantie avec les enfants !) et nous retrouvons mêlés à toute la marmaille enfantée par Lyon, ou presque ! Imaginez le rassemblement de quelques 1000 gones et fenottes de 4 à 10 ans plus ou moins sages, dans cet habituellement très sérieux hall d’accueil ! Mais le temps n’est pas à la rêverie. L’Aîné et moi rejoignons la file pour le « 2e balcon », montons quelques milliers de marches  et nous retrouvons tout en haut, mais vraiment tout tout en haut, de la salle. Et devinez quoi ? Et bien nos places étaient aussi tout en haut, vraiment tout tout en haut, au dernier rang !

La salle se remplit aux trois-quarts environ. Cela bruisse sans cesse de cris, rires et grandes conversations sérieuses. Cela ne tient pas en place, jusqu’à ce que la lumière diminue et que la même voix que pour les spectacles d’adultes nous rappelle que nous ne sommes pas autorisés à photographier ou enregistrer le spectacle.

public de Pierre et le loup auditorium de lyonSi l’Aîné n’a pas l’habitude des représentations pour enfants, forcément moi non plus. Première surprise : le silence ne se fit jamais. Non? Rien de cette lourde attente du chef d’orchestre, du maestro, et de son ou sa soliste, rien des toux gênées, cachées sous les coups de cymbales (au mieux) ou éclatant au moment d’une respiration du chœur (au pire). Non, cela bruissait avant et cela continue. Cela tousse tout le temps, quand cela veut. Cela bouge tout le temps, monte sur les genoux du parent, se recroqueville dans le siège-strapontin (qui se replie, c’est trop bien !), et bien sûr va faire pipi. Cela arrive en retard, mais pour le coup ce n’est pas le privilège de la jeunesse. En fait, c’est très bien ! Ce bruissement continu nous a permis, l’Aîné et moi, de mutuellement se commenter le spectacle tout du long, sans se sentir coupables. Et je suis certaine que la moitié de la salle faisait de même.

Orgue et jeux de lumières

Un homme monte sur l’avant-scène. Grand chapeau, grand manteau et grand livre sous le bras, qu’il ouvre aussitôt; pour nous expliquer que non, Pierre et le Loup n’est pas un conte russe mais roumain. Grâce à une blondinette de sa classe, l’Aîné sait ce qu’est la Russie. Mais la Roumanie …

Et Grand-manteau-grand-chapeau de nous expliquer que Pierre vit dans le fin fond de la campagne avec son grand-père peu aimable et son père inventeur. J’ai de très vagues souvenirs de l’histoire de Pierre et le Loup, pourtant écoutée mille et une fois sur une vielle stéréo, et je peux me tromper… Mais je ne vois pas de papa-inventeur dans l’histoire de Prokofiev. Ni que le papa inventeur est à l’origine de l’oiseau, du chat et du canard, nés par des mélanges incluant fourrure de maman-défunte, boite à musique et instruments !
Mais après tout, pourquoi pas ?
Le ton du récitant, sans être monotone, manque un peu de verve et de vie, je crains que l’Aîné ne s’ennuie vite. De plus sur scène, point d’orchestre, point de clarinette, de hautbois, de flute traversière pour les trois animaux déjà présentés, point de cordes pour le thème de Pierre… juste un piano et un orgue.
Ah, j’ai oublié de vous présenter l’orgue.
Au fond de la salle, protégé par d’immenses rideaux de bois, se trouve un orgue, un vrai. Vous savez, celui de nos églises, avec de bons et longs tuyaux. Et en bord de scène, se trouve le clavier de commande. Un piano a été installé juste à côté, pour cette représentation. (Je vous parlerai, à l’occasion, d’un autre orgue de ma région, installé de façon permanente là où on ne l’attend pas et où il fait le bonheur des petits et l’émotion des grands !)

pierre et le loup auditorium lyonBref, donc, je crains l’ennui de l’Aîné, mais heureusement le spectacle prend de l’ampleur : Grand-manteau-grand-chapeau abandonne son livre, bondit sur la scène, où les jeux de lumières ont fait apparaître par miracle la mare, les champs et la forêt, cadre de l’intrigue. Grand-manteau-grand-chapeau mime chaque personnage quand son thème est présenté à l’orgue et au piano. Rapidement l’Aîné comprend qu’à chaque mélodie correspond un animal ou un humain. L’action s’enchaîne rapidement. Je ne crois pas trop vous gâcher le spectacle en vous révélant que le canard passe un mauvais moment, le loup un bien plus mauvais et que tout finit par une marche triomphale.

2 actes pour une adaptation libre et réussie

Applaudissements et salutation des trois artistes.
Râle de l’Aîné : « Mais c’est déjà fini ! Rôôôh ! »
Rideau à la 40e minute ?
Et bien non.
Mais ne comptez pas sur moi pour vous gâcher la découverte en vous racontant le 2nd acte de ce spectacle très réussi, qui parvient à revisiter avec beaucoup d’humour une histoire connue par la plus grande partie des parents et des enfants, à exciter la curiosité de nos gones et fenottes même après une heure sur un siège-strapontin, à la faire participer même, cette chère marmaille à 1000 têtes !
Je laisserai simplement glisser que TV zouzou c’est passionnant, que la blague du pépé en slip … c’est un classique à 5 ans, et que le héros n’est pas celui qu’on croit !

Résultat, l’Aîné a adoré et applaudi, a même voulu « bisser », tout en avouant en sortant que le spectacle était pour le coup assez long comme cela. Pour une première expérience, c’était très concluant, donc je me suis emparée du programme de l’an prochain dans le hall, bien décidée à continuer sur ma lancée ! The Amazing Keystone Big Band présentera son Carnaval des Animaux, je crois qu’on ne va pas le manquer …
Une déception, l’impression de ne pas avoir pu être attentive à la musique elle-même, reléguée au second plan, particulièrement au second acte, par le développement théâtral. Ce n’était clairement pas l’aspect instrumental du spectacle qui retenait l’attention des jeunes spectateurs. Mais comment lutter contre un récitant mimant un combat de Kung-fu ?! En rentrant, je suis tout de même allée jeter un œil sur le site web de l’auditorium, pour en savoir plus sur nos artistes. Accompagné d’Octavian Saunier à l’orgue et de Dimitri Papadopoulos au piano, Florian Santos est ce récitant/comédien/metteur en scène/Grand-manteau-grand-chapeau qui a su captiver les petits et les grands déjà la saison dernière et qui a proposé à nouveau aux Lyonnais cette plongé originale dans un conte si classique.
Et vive « coin-coin super canard » !

Publié dans SORTIES | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Un concert avec la Pochette Musicale

La pochette musicale ©Hannah KugelNous avons eu la chance d’être invités, le Grand et moi, au dernier concert de la saison de La Pochette Musicale, le 28 mai dernier. L’occasion de découvrir une autre manière d’emmener ses enfants à un concert classique, mêlant ambiance familiale détendue et programme de qualité.

Des enfants un peu partout, des musiciens, une pâtissière en train de régler les derniers décors de délicats financiers aux reflets dorés… L’avant-concert se déroule dans une atmosphère joyeuse et décontractée. Le temps que chacun s’installe et que les musiciens se faufilent derrière le grand rideau, le brouhaha dure jusqu’à l’entrée en scène du trio. L’ensemble AlAmbrA joue ses premières notes et le silence s’installe. Alors bien sûr, on n’est pas dans une “vraie” salle de concert, et le silence n’est pas total dans la salle. On est plutôt dans la vie tendance famille, avec des bébés qui gazouillent, de grands enfants qui s’écroulent sur leurs parents (le mien compris), d’autres encore qui gigotent. Et la musique, bien sûr, qui est là, présente, joyeuse ou profonde selon les pièces, et qui l’emporte sur tout le reste.

Salon de musique familial

L’objectif de la Pochette Musicale est d’apprendre aux enfants à écouter de la musique concertante, sans la rigidité de la salle de concert. Dans le cadre original et intime d’un appartement dédié à la transmission des arts (Philomuses), on se retrouve dans un salon de musique, autour des musiciens et des instruments. Certains auditeurs sont installés sur un canapé, la plupart sur des chaises à proximité d’un des deux pianos à queue qui composent cet espace plutôt chaleureux. Pour les organisatrices, le choix du lieu est important, afin de créer une “bonne qualité d’écoute”. Si vous voulez vous faire une petite idée de l’ambiance, vous pouvez jeter un coup d’œil à la jolie vidéo réalisée par Hannah Kugel à cette occasion :

Musique classique populaire et douceurs

Pour cette séance, nous avons pu découvrir l’ensemble AlAmbrA. Son programme, Les Bruits de Paris, a pour ambition de traverser l’histoire de la musique à Paris. On passe ainsi de Ravel à Piazzola, de Debussy à la Complainte de la Butte, en faisant un détour par les chants corses. Les musiciens entrecoupent les morceaux de dialogues afin d’expliquer les transitions d’un style à l’autre. D’une durée de 40 minutes, ce programme riche et varié était suivi d’un goûter élaboré et expliqué par la pâtissière Corinne Lesens, ici le financier. Selon l’horaire du concert, on peut aussi assister à deux sessions de 20 minutes chacune, avec une pause goûter entre les deux.

Proximité musicale

La Pochette Musicale est un moment vivant et chaleureux, un peu intime, comme si on était passé écouter de la musique chez des amis. C’est une alternative très intéressante aux programmes pour enfants des salles de concert, avec la possibilité de découvrir de jeunes artistes, dont la proximité et la spontanéité vis à vis des petits sont des atouts non négligeables. Une chose est sûre, on attend avec impatience le programme de la saison 2016-2017. Je vous en reparlerai…

A ajouter à vos Favoris : Le site de La Pochette Musicale
Photo ©Hannah Kugel

Publié dans SORTIES | Marqué avec | Laisser un commentaire

A la découverte de la musique brésilienne

Les instruments du BrésilC’est l’année des JO à Rio, l’occasion de prendre un bain de culture brésilienne. L’éditeur Didier Jeunesse propose deux albums pour se plonger, à hauteur d’enfant, au cœur des rythmes de la samba et de la musique brésilienne.

Les Instruments du Brésil

Après les instruments d’Afrique, c’est Samba le perroquet qui emmène les enfants à la découverte des instruments du Brésil, principalement sous le signe de la… samba. Le principe est toujours le même : l’enfant écoute un extrait et est invité à deviner ce dont il s’agit. Il peut s’aider en soulevant le volet cartonné dans le livre. En général, comme les instruments sont nouveaux, il s’agit moins de deviner que de retenir à la seconde ou troisième écoute. Quoiqu’il en soit, l’aspect ludique fonctionne toujours aussi bien. L’enfant découvre ainsi des percussions typiquement brésiliennes, mais retrouve également des instruments plus traditionnel comme la flûte et la guitare. Côté adulte (parents, professeurs, animateurs…), chaque instrument est présenté, à la fois dans le détail de son fonctionnement et de son utilisation (samba, forro, etc.). C’est une très bonne introduction dès 2 ans environ, notamment grâce à l’association entre la musique et l’image, mais aussi les volets cartonnés qui ancrent la mémoire grâce au tactile.

Comptines et chansons du papagaio

Comptines et chansons du papagaioCet album très riche est une réédition, mais on a toujours autant de plaisir à l’écouter, avec des comptines aussi bien brésiliennes que portugaises. La traduction des paroles en français, ainsi que la description de chaque chanson en fin d’album en fait un outil pédagogique très complet. Pour ma part, je l’ai écouté avec le plus jeune de mes fils qui a 2 ans et demi. La difficulté avec lui est qu’il est dans une phase où il a besoin de chanter, et le fait d’entendre une langue étrangère le prend au dépourvu. Afin de l’empêcher de décrocher, j’ai donc écouté avec lui. J’ai commencé par lui expliquer que “papagaio” voulait dire perroquet, et il a ainsi pu écouter la première chanson, Papagaio loiro, en essayant de reconnaître le mot. Nous avons aussi pu faire des jeux avec une autre comptine, fermant et ouvrant les mains au rythme de “fechou” et “abriu”. Et ainsi de suite… Après cette séance il a remis plusieurs fois le disque de lui-même. Une expérience qui prouve, si c’est nécessaire, que l’enfant a souvent besoin d’être accompagné pour ensuite s’approprier une activité. Et pour accompagner son enfant, justement, les explications présentes dans l’album sont particulièrement intéressantes. Au risque de me répéter, c’est ce qui fait en grande partie la valeur de la collection des « Comptines  » Didier Jeunesse.

Les Instruments du Brésil, musique de Jean-Christophe Hoarau, illustrations de Nathalie Dieterlé, éditions Didier Jeunesse, collection Ecoute & devine.

Comptines et chansons du papagaio, le Brésil et le Portugal en 30 comptines, par Magdeleine Lerasle, Paul Mindy et Jean-Christophe Hoarau, illustration d’Aurélia Fronty, éditions Didier Jeunesse

Publié dans ALBUMS | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’Opéraoké, l’opéra à portée de toutes les voix

Répétition de l'Opéraoké aux Ateliers BerthierCe week-end se tenait la 10e édition de Tous à l’Opéra, manifestation qui mêle portes ouvertes et concerts gratuits un peu partout en France. Nous étions pour notre part aux Ateliers Berthier pour un atelier chant dédié aux familles. L’occasion de découvrir l’Opéraoké, grand concert participatif qui aura lieu le 18 juin sous la Tour Eiffel.

Tous à l’Opéra, et c’est un peu dommage, se tient en général le week-end du 8 mai, soit celui des départs en week-end prolongé. La manifestation est très riche en événements, surtout en Province, mais cette année à Paris on pouvait au moins profiter du dynamisme de l’Opéra Comique. L’établissement, fermé jusqu’en février 2017, organise en juin un  concert participatif sous la Tour Eiffel, à l’occasion de l’Euro 2016 de football. Un grand moment de frisson collectif en perspective !

Carmen pour les enfants

En attendant le grand jour, des répétitions – gratuites – ont régulièrement lieu, et c’est à Opéraoké Opéra Comiquel’une d’elles que nous avons assisté le Grand et moi samedi. Dédiée aux familles, la répétition ne reprenait pas tout le programme, mais uniquement La Garde Montante, un extrait de Carmen chanté par des enfants. Il faut dire que la tonalité militaire et entraînante plaît particulièrement au tempérament guerrier des petits garçons (en tout cas les miens…).

Le format de 30 minutes était parfaitement adapté, même si finalement il n’y avait pas tant d’enfants que ça sous le chapiteau. La soprano Geneviève Boulestreau, chef de chœur pour l’occasion et membre d’Accentus, a proposé une séance de chant complète, de l’échauffement à l’apprentissage des paroles, du rythme et de la mélodie. Les enfants ont plutôt apprécié l’exercice, et la répétition du rythme a été très profitable au Grand qui jusque là aplatissait négligemment les “taratata”.

La playlist… et plus si affinités !

Parce que, bien sûr, on avait répété. Ou plutôt, nous avions profité de la playlist de l’Opéra Comique pour se mettre les mélodies dans l’oreille. Eh oui, d’expérience, je préfère préparer un peu ce genre d’événement… Et comme la playlist est sur Youtube, mes (malheureux) enfants sans télé profitent au maximum de ces quelques images mouvantes :

Les prochaines répétitions se tiendront les 21 et 22 mai, au Théâtre de la Colline et aux Arènes de Lutèce. Toutes les informations pratiques sont sur le site de l’Opéra Comique, ainsi que la playlist complète, les partitions, les paroles… de quoi être fin prêt le 18 juin !

Publié dans SORTIES | Marqué avec | Laisser un commentaire