Superchat

SuperchatPascal Parisot continue à explorer l’univers félin, avec une joyeuse histoire musicale sur le thème des superhéros. Habitué de l’univers enfantin, il revient avec une farce à griffes et moustaches destinée aux plus petits à partir de trois ou quatre ans.

Le bestiaire loufoque

Werther le verre de terre est en danger, il est en train de sécher sur la terrasse ensoleillée… heureusement ses copains Ignace la Limace et Othello l’escargot appellent à la rescousse Superchat, le superhéros des petits animaux. Un super-héros qui ne sait dire que Miaou, qui dort beaucoup et qui perd ses poils… des qualités qu’on a déjà croisées quelque part ! Pascal Parisot, qui a consacré en 2015 tout un album à ses matous, montre qu’il n’est pas à court d’inspiration sur le sujet, et le détourne avec bonheur pour l’humour des tout petits. D’ailleurs, les superpouvoirs de Superchat ce sont ses griffes (il vole aussi, mais quoi de plus banal pour un super-héros?) ! Pour rappel, Pascal Parisot nous racontait déjà sur le blog pour la sortie de son précédent album que le pouvoir de ces mêmes griffes avait eu raison de “2 canapés, un fauteuil, 3 oreillers, 1 jean, et le tronc de feu mon sol pleureur”… une vieille histoire !

Jeux de mots et jeux de sons

Rimes et rythmes, allitérations et onomatopées, si le texte sonne bien au creux de l’oreille, même la plus petite, c’est qu’il est parsemé de clins d’œil pour tous les âges. On sait que Pascal Parisot est attentif à la concision de ses textes, et on retrouve là la joie qu’il prend à jouer avec les mots. Le “saucisson de verre de terre” aura la préférence des plus jeunes, tandis que les plus grands se régaleront du “poil Sud et du poil Nord”. Et bien sûr les adultes qui endurent adorent le chat du foyer ne rateront pas le festival de poils ni l’extraordinaire capacité d’endurance à la sieste de Superchat.

Nonchalance et musicalité

Tous ces ingrédients sont accompagnés d’une bande son chaloupée aux accents d’ukulélé et de guitare. Sur les rythmes paisibles à la couleur musicale un brin rétro, se posent des paroles dans l’esprit du récit, plutôt au format comptine, faciles à retenir et à chanter. Les petits adorent compter les moutons et chanter la pluie, mais il faut avouer que “Ho hisse la saucisse” reste incontournable !

Des héros bien croqués

Enfin du côté des images, les illustrations de Roland Garrigue collent à l’humour du texte. Bien colorés, expressifs et mobiles, les personnages sont plein de relief et attirent forcément le regard des petits, qui liront et reliront le livre avec bonheur. Le trio d’invertébrés est particulièrement drôle, tandis que Superchat prend une allure vaguement vintage, avec un costume clinquant qui ne déparerait pas chez les héros Marvel.

Superchat, texte et musique de Pascal Parisot, illustrations de Roland Garrigue, éditions Didier Jeunesse, collection Polichinelle.

Publié dans ALBUMS | Marqué avec , | Laisser un commentaire

3 albums pour faire découvrir la musique médiévale aux enfants

Le Moyen-Age est une thématique riche et séduisante pour les enfant qui y croisent avec enthousiasme chevaliers, princesses, châteaux et dragons. Et si la musique de cette période n’est pas très connue, elle est facilement reconnaissable à ses sonorités, notamment ses instruments très caractéristiques, comme la vièle, le luth ou la cornemuse. Quant au répertoire, il se partage entre la musique religieuse et celle des troubadours. Et parce que cette période fantastique reste une belle source d’inspiration pour les artistes jeunesse, voici une petite sélection de disques et d’albums musicaux autour du Moyen-Age

Elvide et Milon

Elvide et MilonDeux adolescents jouent à l’amour courtois. La belle Elvide donne trois épreuves à son soupirant, qui les réalise en faisant autant preuve de ruse que de courage. Le conte est ponctué de morceaux de musique médiévale interprétés par l’ensemble Obsidienne, spécialiste de la période. Motets, rondeaux et autres chansons sont à découvrir dans cet album très complet où l’on retrouve de nombreux instruments caractéristiques. Comme d’habitude chez l’éditeur l’aspect pédagogique revêt une importance particulière, avec un focus sur les instruments et leur présence dans chacun des morceaux. Vous pourrez notamment attirer l’attention des enfants sur l’utilisation de la guimbarde, petit instrument simple et ludique qu’on acquiert pour quelques euros.

Elvide et Milon la musique au temps du Moyen Age,  texte d’Eric Senabre, récit par Jacques Bonaffé, illustrations d’Elodie Coudray, musique interprétée par l’Ensemble Obsidienne, éditions Didier Jeunesse.

Jeanne, l’ours et le prince mendiant

Jeanne l'ours et le prince mendiantDans cet album de la collection des Contes du Musée de la Musique, le personnage principal est la vielle à roue qui accompagne Jeanne et le musicien aveugle tout au long de l’histoire. Les enfants sont immergés dans l’univers de l’instrument et découvrent sa sonorité particulière, véritable fil conducteur qui donne au conte son atmosphère mystérieuse et nostalgique. L’album est épuisé, mais vous pouvez encore le trouver d’occasion ou l’emprunter à la bibliothèque.

Jeanne, l’ours et le prince mendiant, texte de Anne Montange, illustrations de Elene Usdin, Editions Actes Sud Junior.

Une histoire d’Aucassin et Nicolette

Une histoire d'Aucassin et NicoletteAucassin et Nicolette, c’est un texte incroyable tout droit sorti du Moyen Age par Zina Tamiatto et Marie-Emmanuelle Remires. Racontée par François Morel, la farce met en scène un amour interdit, mais surtout un royaume où tout est inversé : le roi est enceint et les femmes font la guerre… à coups de légumes ! Cette histoire moderne et inventive est soutenue par des chansons joyeuses inspirées de la musique médiévale, avec des instruments caractéristiques de l’époque. Pour se faire une idée, l’album est disponible sur les plateformes de streaming(Qobuz, Deezer, Spotify).

Une histoire d’Aucassin et Nicolette, de Zina Tamiatto et Manue Remires éditions Little Village

Publié dans ALBUMS | Laisser un commentaire

Grand Tintamarre ! A la découverte de l’Acadie

Grand Tintamarre comptines acadiennes

Grand Tintamarre! c’est un recueil de chansons et comptines venu tout droit d’Acadie, une région du Canada où musique et francophonie sont synonymes de revendication culturelle. Une belle découverte avec les explications de Roland Stringer, de la maison d’édition La Montagne Secrète, qui a bien voulu nous en dire un peu plus sur la genèse de l’album, ainsi que sur la passionnante identité culturelle acadienne.

Le Grand Tintamarre est une tradition acadienne. Lors de la fête nationale, les acadiens descendent dans la rue et font le plus de bruit possible afin de rappeler aux autres leur présence. Quelque chose de l’ordre de la revendication culturelle… Grand Tintamarre ! c’est aussi le recueil, par la maison d’édition La Montagne Secrète, de chansons et comptines traditionnelles de ce territoire regroupant 4 provinces de l’est canadien. Avec son histoire mouvementée faite de colonisation, d’exodes et de retours, l’océanique Acadie a tout pour intriguer.

Dans l’album on retrouve dans la sélection de grands classiques de la chanson française, ainsi la très belle version de A la claire fontaine.  Et on découvre bien-sûr de petits bijoux comme Le Pommier Doux ou Le Petit Cordonnier, à faire chanter aux enfants pour leur rythme et leur sonorité. Il y a aussi que La vie est plate (ennuyeuse) comme une tomate… c’est drôle mais on a bien du mal à y croire !

Pour comprendre un peu mieux le travail effectué sur l’album, et l’Acadie en général, Roland Stringer, directeur artistique de l’album, a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à mes questions.


photo Roland StringerLes provinces acadiennes ne sont pas complètement francophones et les comptines présentées sont toutes en français, pourquoi ce choix ?

D’abord, il faut souligner que les Acadiens habitent surtout les provinces maritimes canadiennes – la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve et le Nouveau-Brunswick. Les premiers colons de la Nouvelle-France étaient présents dans ce territoire bien avant de fonder la ville de Québec au bord du fleuve St-Laurent, à l’intérieur du pays.  En l’occurrence, le début de « la francophonie » en Amérique-du-Nord, c’est l’Acadie! Par la suite, il faut savoir qu’il y a eu la grande déportation des Acadiens en 1755 qui demeure très présente dans le psyché des Acadiens… plusieurs se retrouveront en France, en Nouvelle-Angleterre ou en Louisiane avant de revenir par la suite habiter le territoire original (les provinces maritimes) dans un contexte bien différent où ils deviennent minoritaires sur le plan linguistique. Somme toute, ce va-et-vient fera place à une identité distincte marquée par un passé tumultueux.  La résistance est au cœur de l’identité acadienne, et avec notre album, nous voulions en quelque sorte rendre hommage à l’esprit de solidarité qui caractérise cette communauté. Il était donc naturel de choisir des chansons et comptines en français, parsemé ici et là d’anglicismes, car c’est un reflet de la langue telle qu’elle est parlée aujourd’hui en Acadie.

Quelle est la place de la musique en Acadie ?

Évidemment, la musique occupe une place importante chez les Acadiens. C’est souvent le cas lorsqu’une communauté évolue dans un contexte politique où l’identité culturelle est menacée, que cela soit en Acadie, en Bretagne ou encore au pays Basque.

Certaines chansons, comme A la claire fontaine, font partie des plus connues du répertoire français. Est-ce que ce sont aussi les plus connues en Acadie ?  Comment les avez-vous choisies ?

grand tintamarreDans notre choix, il y a de tout, et c’est voulu. Il y a des chansons très connues en France, au Québec et ailleurs, qui ont eu leur propre vie en Acadie.   Pendant longtemps, chaque village avait sa façon de chanter une chanson – il n’y avait pas une version acadienne mais des centaines!  Dans la prison de Nantes devenait Dans la prison de Londres chez les voisins à quelques kilomètres. C’est avec la radio et la percée de certains chanteurs acadiens dans les années 60 et 70 qu’une certaine version devient la plus connue, disons officielle. Le pommier doux popularisée par Édith Butler en est un bon exemple.  Dans nos recherches nous avons repéré des versions proposant des textes très différents de la version que connaissent aujourd’hui la plupart des Acadiens.

Ces chansons témoignent des liens entre l’Acadie et le vieux continent…

Nous avons aussi voulu montrer comment une chanson voyage dans le temps et l’espace, comment elle est adoptée par une communauté lointaine, comment elle peut être perdue et retrouvée.  Bref, une chanson n’appartient à personne, mais à tous!  Beaucoup de gens à Montréal vous diront qu’Au chant de l’alouette, c’est québécois!   J’imagine que les Français répondront que Partons la mer est belle a été écrite en France, que c’est bien une chanson française ! Ils ont raison, mais à notre avis, cela ne nous empêche pas de dire qu’elles sont aussi acadiennes, qu’elles ont connu une autre vie au bord de l’Atlantique en Amérique-du-Nord.

Ajoutons qu’il y a aussi dans notre choix certaines chansons peu connues, oubliées, telles La grand’truie ou Un jour je m’en vais au marché.  Nous voulions effectivement transmettre ces petits bijoux qui correspondent à une époque maintenant lointaine (rurale) où on a l’impression que la famille se rassemblait chaque soir dans la cuisine pour chanter ensemble.  Par ailleurs, Lisa LeBlanc interprète Quelle étoile, une chanson très connue en Louisiane, un clin d’œil aux cousins acadiens dispersés aujourd’hui à travers le continent nord-américain.

Quelles sont les 3 chansons les plus incontournables chez les enfants acadiens?

Sans doute celles qui ont une vie à la radio : Dans la prison de Nantes, Au chant de l’alouette et Le pommier doux. Partons la mer est belle et À la claire fontaine sont des classiques à travers le continent nord-américain.

A la claire fontaine est différente de la version française qu’on a l’habitude d’entendre, notamment la mélodie. Quelle est son histoire ?

On m’a déjà dit qu’il y a plus de mille arrangements de cette chanson déclarée à la Société des auteurs canadiens. Pour notre version, nous nous sommes inspirés d’un enregistrement qui remonte aux années 1970 d’une vieille dame de Terre-Neuve. Encore une fois, c’est un exemple d’une chanson qui aura eu toute une autre vie dans un petit coin du monde peu connu. Nous savions que cette mélodie allait surprendre les gens.

Est-ce que les chansons viennent de tout le territoire d’Acadie, ou est-ce qu’il y a une province plus riche que les autres dans ce domaine ?

La majorité des Acadiens habitent le nord du Nouveau-Brunswick. Et la plupart des chansons et comptines viennent de cette région. Nous avons toutefois tenu à en choisir des 3 autres provinces. Les artistes interprètes sont tous acadiens, et proviennent aussi des différentes régions.

Enfin, concernant l’orchestration et le choix des instruments, on a un mélange de sonorités « traditionnelles » (ou comme je m’imagine la tradition) et d’autres plus « lointaines » ou modernes, avec la guitare électrique, la kora, etc. Comment avez-vous fait ces choix, quelle couleur musicale recherchiez-vous ?

À La Montagne secrète, nous ne sommes pas ethnomusicologues.  Nous nous inspirons du passé pour créer dans le présent.  Sans quoi, nous aurions simplement préparer une compilation d’enregistrements existants. Nos productions rassemblent des musiciens actifs aujourd’hui qui arrivent avec leur propre bagage, qui ont une expérience musicale métissée. Nous les accueillons à bras ouverts et les encourageons à créer en studio. Une guitare hawaïenne pour accompagner Partons la mer est belle, pourquoi pas? Pour le réalisateur Benoît Morier, c’est l’instrument qui évoquait le mieux à ses yeux l’incertitude des pêcheurs qui quittent leur île tôt le matin pour aller à la pêche !

Grand Tintamarre! Chansons et comptines acadiennes – éditions La Montagne Secrète – direction artistique Roland Stringer – illustrations Mathilde Cinq-Mars
Les informations culturelles sur l’Acadie en intro sont tirées de Wikipédia !
 
Publié dans ALBUMS | Marqué avec , , | Un commentaire

C’est la rentrée : patrimoine, jeunesse et musique les 16 et 17 septembre

Journées du patrimoine 2017

On a à peine mis le pied dans la rentrée que déjà un gros week-end de sorties se profile au bout de la semaine. Cette année justement les journées du patrimoine célèbrent la jeunesse, ce serait dommage de les zapper. Elles sont l’occasion de fureter dans des lieux inédits, mais aussi de participer à des événements gratuits un peu partout en France. Petit tour non exhaustif des événements musicaux, concerts et ateliers dans l’hexagone.

A Lyon

L’Auditorium de Lyon ouvre ses portes avec des visites-ateliers pensées pour les familles. En une heure, participez à un atelier sur les vents, puis explorez le plateau, les coulisses et la régie. A réserver rapidement sur le site de l’auditorium, certaines séances sont déjà complètes.

A Marseille

L’opéra de Marseille joue le jeu de la thématique avec des visites dédiées aux familles le dimanche (inscription sur place). Des concerts se déroulent sur les deux jours, et vous pouvez plus particulièrement tenter samedi, avec de grands enfants, la répétition du Dernier jour d’un condamné, de David Alagna. Côté Cité de la musique, vous pourrez découvrir les lieux grâce à une visite-énigme les samedi et dimanche, à réserver par téléphone auprès de l’Office du tourisme.  Plus alléchant le samedi en raison des concerts gratuits !

A Tours

Le samedi l’opéra de Tours propose plusieurs événements pour les familles avec un atelier autour des métiers du spectacle pour les 5-12 ans, et un atelier de chorale pour tous. Pas de réservation, l’inscription se fait sur place.

A Rennes

L’opéra de Rennes organise des visites gratuites sur les deux jours, clôturées par un concert le dimanche à 18h. A noter, l’opéra travaille plus largement son ouverture et propose plusieurs événements dans l’année, et notamment des concerts à 4€. Il y a même pour ces concerts spéciaux des garderies musicales gratuites pour les enfants, qui ne peuvent pas accéder aux concerts avant 5 ans. A ne pas rater si vous êtes dans le périmètre !

Au Havre

Le Volcan ouvre ses portes et programme des ateliers. S’il y aura de la danse le samedi, ce seront deux ateliers autour des cordes le dimanche après-midi, dirigés par des musiciens de l’ensemble des Dissonances. Entrée gratuite sur inscription auprès de la billetterie.

A Paris

Enfin on ne peut pas ne pas parler des événements de la capitale. Comme d’habitude on est plutôt chanceux, mais comme les bonnes idées sont largement partagées, il y a fort à parier qu’il y aura du monde.
Petite sélection non exhaustive (et pour tout dire mon cœur balance):

Maison de la radio
Le programme est comme d’habitude plutôt fourni, avec des concerts gratuits et des visites. Jean-François Zygel révélera notamment les clefs du Sacre du printemps de Stravinsky, interprété par l’Orchestre philharmonique de Radio France. C’est gratuit, mais il faut réserver.

Opéra comique
Dimanche, Favart fraîchement rénové en profite pour présenter sa saison et offrir plusieurs concerts, dont un dédié aux familles. Des visites “chantées” en prévision, et l’incontournable atelier de maquillage. Pour ceux qui peuvent y consacrer la demi-journée, des moments intenses en perspective !

Musée de la Musique / Philharmonie
Le musée de la musique programme plusieurs concerts et contes tout au long des deux jours, en plus de l’accès gratuit aux collections. La géniale conteuse Sylvie Mombo sera là le samedi pour des séance  à 15h et à 16h, courez la découvrir !

Comme je vous l’ai annoncé, la liste est loin d’être exhaustive. Vous trouverez dans cet article d’autres idées de sorties en Ile-de-France recensées par la Pochette Musicale. Et n’hésitez pas à ajouter vos événements en commentaire !

Publié dans SORTIES | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Jeux d’eau : l’éveil musical au fil de l’eau

Jeux d'eauInitier les enfants à la musique classique en parcourant le thème de l’eau… Voici le parti pris de la pianiste Ana Gerhard, qui a réuni dans un album paru aux éditions de la Montagne Secrète vingt morceaux variés, à écouter en continu ou à picorer au gré de l’attention des enfants.

L’eau est un thème récurrent dans les œuvres classiques, une source d’inspiration continue. Vagues, tempêtes, courant de la rivière, eau dormante, balancement des gondoles… les images sont innombrables et riches. Jeux d’eau est d’ailleurs le titre d’une œuvre de Maurice Ravel présent sur l’album. Avec sa variété de traitement, la thématique est particulièrement adaptée à une initiation au classique, et pas que pour les tout petits. L’avantage du thème transverse est aussi qu’il est possible d’explorer de nombreux styles différents et de repousser les frontières de ce qu’on a l’habitude d’entendre.

Une compilation classique rafraîchissante

Après les oiseaux, thème de son précédent album, Ana Gerhard convoque la moindre goutte d’eau tombée d’une partition de musique classique. A l’intérieur même du corpus, elle effectue des regroupement thématiques plutôt que chronologique, ce qui permet aux petites oreilles de comparer les morceaux entre eux. Par exemple, la Barcarolle (Offenbach) dont le rythme reprend le balancement des gondoles, est placé juste avant Gondoliera de Liszt. Suivent plusieurs morceaux sur la tempête, la mer, et enfin la pêche. Si Debussy et Beethoven sont convoqués deux fois, on a aussi le plaisir de découvrir les compositeurs mexicains Silvestre Vueltas et Mario Lavista, ou encore le japonais Toru Takemitsu. Son Arbre à pluie pour vibraphone et marimba ouvre aux enfants une autre perspective sonore, apaisante.

Un livre riche qui donne de nombreuses clefs d’écoute

Chacun des vingt morceaux est accompagné d’un texte résumant le contexte de l’œuvre et son ancrage thématique. On peut ainsi proposer aux enfants des images et leur donner des pistes d’écoute. Pour aller plus loin, l’auteur donne d’autres entrées, en proposant un guide sous forme d’analyse musicale, mettant en avant les instruments et l’interprétation. Les biographies des compositeurs, un glossaire musical et une chronologie complètent l’album pour en faire un document riche à adapter à des âges divers. C’est notamment un bon outil pour tous ceux qui veulent transmettre la musique aux enfants, professeurs des écoles, d’éveil musical, mais aussi les bibliothécaires qui n’hésitent pas à consacrer une partie de leur programme à la diffusion de la musique. Et pour les parents bien sûr !

Jeux d’eau, textes et sélection d’Ana Gerhard, illustrations de Margarita Sada

Publié dans ALBUMS | Laisser un commentaire