Disques Jeunesse : la sélection des médiathèques parisiennes

Sélection médiathèques Ville de ParisLes bibliothécaires de la ville de Paris proposent chaque année leur sélection des meilleurs disques jeunesse. Sophie Maurin-Bourdil, bibliothécaire jeunesse à la Médiathèque Françoise Sagan et membre du collectif en charge de cette sélection, nous parle de ce formidable travail, un guide précieux pour les parents, les professionnels et les enseignants.

Un travail régulier de veille et d’écoute

Depuis 1976, le Collectif de veille des disques pour enfants de la Ville de Paris a pour mission de présenter la liste des meilleurs disques à destination des enfants. “Nous établissons deux listes. La plus large est présentée à nos collègues, tandis qu’une liste plus restreinte est destinée au public” explique Sophie Maurin-Bourdil. Pour établir la sélection, le Collectif se réunit une fois par mois afin d’échanger autour des albums écoutés. Sophie Maurin-Bourdil précise les critères de sélection : “Pour chaque album il y a deux écoutes, par deux personnes différentes. Les critères sont essentiellement liés à la partie audio, pas au livre qui peut accompagner le disque. Nous prenons en compte la qualité de la production, l’originalité et bien sûr la qualité musicale”.

Une sélection plein de trouvailles

la sorcière de midiEn parcourant la liste 2017 proposée par le Collectif, on se rend compte à quel point celui-ci est rigoureux dans la diversité présentée. On y trouve ainsi les nouveautés de 2016 publiées par les grands éditeurs bien connus tels que Didier Jeunesse, Gallimard Musique ou encore Les éditions des Braques, mais aussi les perles qui pourraient passer inaperçues dans le relatif foisonnement de publications disponibles, à l’image de La Sorcière de midi ou des Méli Mômes. A partir des 578 titres veillés, “environ 250 sont écoutés par deux personnes, pour en sélectionner au final une centaine” reprend Sophie Maurin-Bourdil. La liste se divise en trois catégories : chanson, texte seul et éveil musical. Parents et professionnels pourront pour chaque titre sélectionné consulter une notice descriptive, tandis que certains titres sont estampillés d’un cœur rouge. “Les coups de cœur sont complètement subjectifs”, précise Sophie Maurin-Bourdil, “mais ils doivent être portés par au moins deux membres du collectif”.

L’éveil musical en bibliothèque

Département musique de la médiathèque Françoise SaganLes bibliothèques sont des lieux formidables pour, entre autres, éveiller les enfants à la musique. “L’éveil musical commence à bien se développer dans les médiathèques”, observe Sophie Maurin-Bourdil, ajoutant “les bibliothécaires sont habitués à raconter des histoires, à utiliser leur voix. Passer uniquement des disques peut dérouter au début, mais ça se passe bien.” A la Médiathèque Françoise Sagan, une matinée par mois est consacrée à la musique. La prochaine se déroulera le samedi 27 mai. Le programme est à surveiller sur la page Facebook et sur le site web de la médiathèque.

Et parce qu’il n’y a pas que les nouveautés, on peut aussi piocher dans les éditions précédentes : 2014 et 2015

Publié dans LIVRES ET MEDIAS, SORTIES | Laisser un commentaire

Prince ! un conte musical à l’assaut des stéréotypes

PrincePrince ! est un anti-conte de fée porté par les instruments à vents et une narration dynamique de Nicole Ferroni. Une histoire à découvrir de toute urgence dans un album illustré avec originalité par Isabelle Fournier.

Prince ne se sent pas prince, surtout lorsqu’il subit les moqueries de son camarade Parfait. Tout ça parce qu’il n’est ni grand, ni blond, ni… Rien de tel pour mettre l’estime de soi dans les chaussettes. Mais comme Prince a la tête dans les étoiles, il suffit d’un cours d’astronomie pour faire naître des idées d’aventure. Secondé par d’improbables et attachants compagnons, il se lance à la conquête des trésors du soleil.

A la découverte des cuivres

Conte de fées aux notes cuivrées, le récit de Prince !, tel Pierre et le loup, débute par la présentation des personnages. Chacun est bien entendu incarné par un instrument et une mélodie qui le rend reconnaissable. L’originalité de Prince !, c’est que les instruments appartiennent exclusivement à la famille des vents. Basson, clarinette, flûte, trombone, tuba, les enfants découvrent l’univers rutilant des cuivres et la variété de leurs cousins des bois. Et pêle-mêle, on est transporté dans l’univers du gros son, du souffle épique, mais aussi de la sensibilité et de toutes les nuances dont sont capables ces instruments. Il faut dire que ces instruments fonctionnent bien avec les enfants. Ils sont particulièrement séduisants et ancrent la narration de manière efficace. Après tout, l’instrument à vent est celui qui est le plus proche du chant, l’instrument premier et naturel. Parole, chant, vent, souffle, on est dans un même univers qui fait sens de manière intuitive pour les petits.

L’humour comme allié

Les enfants aiment rire, c’est un ressort fondamental pour retenir leur attention. Ici le potentiel comique des vents, surtout des cuivres, fonctionne parfaitement, avec des thèmes récurrents qui guident le récit de manière joyeuse et enjouée. Quant aux deux narrateurs, Nicole Ferroni et Grégory Faivre, ils portent l’histoire de manière très dynamique. Nicole Ferroni incarne notamment tous les personnages, à l’exception de Prince, dans une palette de voix très convaincante.

Un conte anti-standards

Sophie Bœuf signe le texte et la musique d’un conte paradoxal dont le décalage n’est pas sans rappeler Gaston et Lucie. Que faire d’un dragon nain et d’une fée bricoleuse quand on rêve d’aventure ? Prince apprendra que pour revendiquer son droit à la différence, il va lui aussi devoir accepter les particularités de ses compagnons. Être prince, ou héros, ou juste réussir quelque chose, ce n’est pas se conformer à des stéréotypes mais bien devenir soi-même, qui que l’on soit. Pendant ce temps, les adultes pourront en profiter pour (re)lire Psychanalyse des contes de fées de Bettelheim, ne serait-ce que pour confirmer que nos standards ont bien changé. Avec un coup de cœur en prime pour l’originalité et la légèreté créative des illustrations d’Isabelle Fournier dans un mélange de collages, photos et dessins très réussi.

Prince !, texte et musique de Sophie Boeuf, illustrations d’Isabelle Fournier, raconté par Nicole Ferroni et Grégory Faivre, aux Editions des Braques

Publié dans ALBUMS | Marqué avec | 2 commentaires

Pianotine, pour s’initier joyeusement la musique

-1Du 28 au 30 avril les parisiens auront la chance de découvrir un nouvel opus de Musicora, le salon dédié à la musique. L’occasion pour les parents d’aller à la rencontre d’acteurs innovants de la pédagogie musicale. Parmi eux, l’équipe de Pianotine et imusic-kids, qui sera présent sur un stand du pavillon de l’innovation, afin de faire tester aux enfants, au piano, leur dernier tutoriel vidéo consacré à l’apprentissage de l’instrument. Retour sur le  merveilleux monde musical de Pianotine, qui se construit sous l’impulsion de la douce et énergique Anna-Zofia Borowiec.

Pianotine, une série pour apprendre la musique

Pianotine, c’est la fiction au service de la découverte de la musique, au départ une série diffusée sur Arte. On y suit l’élève Eddy (Philipe le Dem) et sa prof de piano, Ana (Anna-Zofia Borowiec). Dans chaque épisode la patiente Ana explique à son élève un peu cabochard un nouveau concept : le fonctionnement du piano, les notes, les clefs… La leçon se conclut par un jeu, suivi d’une « récréation », un moment où Anna emmène ses petits spectateurs à la rencontre d’un instrument ou d’un métier lié à la musique.

Pédagogie et humour : une alchimie réussie

pianotinePour transmettre aux enfants les bases de la culture musicale, les créateurs s’appuient sur un duo détonnant. Le résultat est plutôt réussi, car si Anna, calme et bienveillante, est le personnage qui détient la connaissance, Eddy est le clown de service. Et ça fonctionne très bien chez les petits, éclats de rire garantis ! Cependant au-delà de l’humour, il y a la volonté de transmettre l’idée que tout le monde peut, en travaillant, se faire plaisir en jouant de la musique. « Eddy a envie d’apprendre et n’est pas forcément doué. On montre qu’il peut y arriver. » souligne Anna-Zofia Borowiec. La rencontre avec le solfège se fait de manière ludique, les notions clefs étant approchées de manière douce. « On relâche la pression sur l’apprentissage » reprend Anna-Zofia. Quant aux jeux, avec leur graphisme identifiable, ils sont une autre façon d’ancrer visuellement les concepts abordés dans l’histoire. Cette manière de concevoir l’approche musicale, plutôt en terme d’immersion progressive, nous paraît très intéressante et prometteuse.

L’école de musique du futur ?

pianotineDepuis ses débuts à la télévision, Pianotine a beaucoup évolué, devenant au fil du temps  un univers pédagogique à part entière. L’univers graphique est un référent, tout comme Ana la professeure. « On essaie de faire en sorte que les enfants s’attachent aux personnages, car les enfants marchent à l’affect » explique Anna-Zofia, qui précise que le projet s’attache surtout à transmettre les bases et que la relation avec un professeur dans le monde physique est essentiel. En plus des vidéos, Pianotine développe des jeux et des fiches pédagogiques disponibles sur la section enfant de l’école de musique en ligne imusic-school. L’apprentissage du piano, mais aussi une méthode progressive à destination des professeurs des écoles sont les derniers volets d’une offre qui va encore se compléter. En effet, imusic-kids va bientôt prendre son envol et devenir autonome par rapport à imusic-school, tout en explorant d’autres instruments. On attend avec impatience la suite !

Quelques liens pour retrouver l’univers de Pianotine, en attendant le lancement de www.imusic-kids.com

dvd PianotineLe DVD
La chaîne youtube
Les vidéos Neoschool
L’offre pédagogique d’Arte

Publié dans LIVRES ET MEDIAS, SORTIES | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Tout sur la nouvelle saison jeune public à l’Auditorium de Lyon

auditorium de lyon programme jeune publicÇa y est le programme de l’Auditorium de Lyon est dévoilé ! Et côté jeune public, le moins qu’on puisse dire est qu’il est plein de promesses, avec huit spectacles aux horizons et à la forme très variés. Nous avons eu le plaisir de rencontrer Arnaud Brovillé, attaché pédagogique et responsable de l’action culturelle à l’Auditorium, qui a bien voulu nous présenter en avant-première la programmation jeunesse pour la saison 2017-2018.

Enquête à l’orchestre
Samedi 4 novembre, 15h / 18h

« Enquête à l’orchestre, est une pièce écrite par Lemony Snicket, auteur des Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire, qui a particulièrement du succès dans les pays Anglo-saxons et en France. Il s’est associé à Nathaniel Stookey pour la composition. Le narrateur mène une enquête auprès des musiciens, pupitre par pupitre. Avec un humour très british, le texte reprend sans caricature ce qui fait la personnalité de chaque pupitre au sein de l’orchestre. Le conteur reste à trouver, plutôt un artiste dans le domaine du stand-up ou des chroniques radio, qui va pouvoir se réapproprier le texte traduit en français et l’adapter à la scène. »

Pour préparer le concert, n’hésitez pas à faire écouter aux petites oreilles la version album parue chez Didier Jeunesse !

Le Bonhomme de neige
Samedi 9 décembre, 14h et 18h

le bonhomme de neige« Le Bonhomme de neige de Raymond Briggs, est un grand classique de la littérature enfantine adapté en dessin animé de 30 min, lui-même classique de Noël en Grande-Bretagne. C’est une très belle histoire, même si elle est un peu triste, magnifiquement dessinée en tons pastels. La musique, superbe, est chantée par un jeune garçon. Présenté sous forme de ciné-concert, le Bonhomme de Neige est accompagné par l’orchestre en direct. Pour compléter la séance, quelques extraits de Pulcinella de Stravinsky précéderont le dessin animé. Le compositeur s’est inspiré de pièces baroques, en particulier de celles de Pergolèse, pour réaliser une œuvre à la fois très dansante et très accessible. Cela permettra aux jeunes spectateurs de découvrir l’orchestre, qui jouera ensuite dans le noir pour Le Bonhomme de neige. »

Laurel et Hardy
Samedi 6 janvier, 15h / 18h

« Un deuxième ciné-concert commence l’année 2018, autour de deux courts-métrages de Laurel et Hardy. Les œuvres choisies sont particulièrement adaptées aux petits, à partir de 5 ans, avec de grands combats de tartes à la crème, de destruction massive, dans un ton très potache. L’excellent Baptiste-Florian Marle-Ouvrard improvisera à l’orgue durant les 40 min de concert. Comme toujours pour ces ciné-concerts l’Auditorium travaille en partenariat avec l’Institut Lumière, ce sont donc des copies restaurées. »

Petite Leçon d’orchestre
Samedi 20 janvier, 15h / 18h

En janvier encore, Petite leçons d’orchestre rappellera aux fidèles de l’Auditorium Histoires d’orchestre , spectacle durant lequel était déroulée de façon chronologique l’évolution de l’orchestre de Bach à Bernstein. Suite à son succès, l’idée du concert didactique est reprise cette saison autour de l’orchestration cette fois. Un chef d’orchestre va montrer ce qu’est l’orchestration, comment on écrit pour un orchestre à partir d’une partition pour piano. Il va notamment partir des Tableaux d’une exposition, de Moussorgski, pour montrer la démarche de Maurice Ravel, qui a orchestré l’œuvre originale. Le spectacle proposera plusieurs orchestrations de l’œuvre afin de montrer que la composition est aussi une affaire de choix, l’art de marier les timbres pour en créer de nouveaux. »

Comptines cuivrées
Dimanche 18 mars, 11h (au Radiant-Bellevue)

comptines cuivrées« Pour les tout-petits à partir de 3 ans, les Comptines cuivrées seront données au Radian-Bellevue de Caluire-et-Cuire ! Il s’agit d’une création de la saison 2016-2017 qui, au regard de son franc succès, revient déjà. Le spectacle, sous-titré Le Voyage de Tom, s’appuie sur l’histoire d’un petit garçon, qui en rentrant de sa première journée d’école veut raconter ses aventures à son doudou … qui a disparu. Il part alors à sa recherche et rencontre alors de nombreux animaux. Les pièces choisies pour accompagner ce récit sont donc centrées sur les animaux, avec des pièces classiques réorchestrées dans des styles différents, notamment  du jazz et de la bossa-nova, pour quintet de cuivre et percussions. Landy Andriamboavonjy, assure récit et chant avec une énergie inouïe sur scène. Mention spéciale aux arrangements qui ont été faits par les musiciens de l’orchestre, en particulier par le percussionniste Guillaume Itier. »

Science & Musique
Samedi 31 mars, 15h / 18h

« Fin mars, l’Auditorium invite à nouveau Sabine Quindou, l’une des animatrices de l’émission C’est pas Sorcier, pour un concert pédagogique, à l’image du travail fait cette année autour des cuivres. Elle revient avec un orchestre en formation Mozart, c’est-à-dire pas très important en nombre de personnes par pupitre. Une dizaine de premiers violons, quelques contrebasses, des bois par deux, pas beaucoup de percussions. Sabine va se pencher sur le côté scientifique de la musique, la manière dont les sons fonctionnent, avec un regard très différent de celui des musiciens sur leur propre art ! »

Etranges murmures à l’Hôtel Larigov
Samedi 21 avril, 15h

« Etranges murmures à l’Hôtel Larigov est une pièce pour orgue qui a été créée pour l’inauguration de l’orgue à la maison de la Radio en 2016 et qui sera reprise avec les mêmes artistes. Nous retournons mener une enquête, mais celle-ci nous emmène dans un domaine moins traditionnel, plus fantastique, que celle de l’Enquête à l’orchestre. Le texte superbe est servi par un comédien extraordinaire, Michel Vuillermoz, de la Comédie Française, tandis que Thomas Ospital improvise à l’orgue de façon mémorable. »

Héros et légendes
Samedi 26 mai, 15h / 18h

l'apprenti sorcier« Le dernier concert, intitulé Héros et légendes, sera absolument magique, dans tous les sens du terme. Il s’agit d’un des thèmes qui irriguent la saison de l’Auditorium en général, et qui sera compacté dans ce spectacle de fin de saison, avec l’Apprenti sorcier, un peu de Harry Potter, etc. Ce sera ni un pur concert de musique ni un concert conté, mais un spectacle mise en lumière avec un magicien sur scène en rapport avec les œuvres, une parenthèse enchantée pour les petits. Des choses très simples et très poétiques. »

Publié dans SORTIES | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un carnaval jazzy pour enfants à l’Auditorium de Lyon

Les comptes-rendus de concerts continuent à l’Auditorium de Lyon, où la saison jeunesse est loin d’être terminée, avec pas moins de quatre concerts à venir. Cette fois nous avons assisté au concert tant attendu du Carnaval Jazz des Animaux le week-end du 25 février. Un moment exceptionnel pour nos petites oreilles de sept ans, où les enfants ont pu découvrir le jazz sous toutes ses formes.

Carnaval jazz des animauxL’Aîné commence à avoir ses petites habitudes à l’Auditorium de Lyon, puisque nous avons déjà pu venir y écouter Pierre et le loup, l’Oiseau de Feu et le ciné-concert de Collège, de Buster Keaton. Pour l’occasion, nous emmenons la Copine – c’est son cadeau d’anniversaire pour ses 7 ans et son premier spectacle à l’Auditorium de Lyon. Quant à l’Aîné, il fait le fier en racontant TOUT ce qu’il est déjà venu voir dans cette salle !

Nous assistons pour la première fois aux « Propos d’avant-concert », destinés à expliquer au public l’œuvre qu’il va écouter. Une heure avant la représentation, Jean-Paul Boutellier et le tromboniste Bastien Ballaz présentent l’œuvre originale et l’œuvre adaptée au jeune public. Des propos intéressants qui préparent aussi les parents à accompagner les enfants dans l’écoute. Enfin, vient le temps de « l’ascension » vers le 1er balcon, et pour la Copine de la découverte de la salle.

Jeux de scène percutants et narration dynamique

Le silence se fait et la scène est plongée dans le noir. Et si le récitant Sébastien Denigues s’installe calmement dans un sofa, l’orchestre fait lui une apparition tonitruante. Le concert commence !

Sur scène, un gros fauteuil donc, à droite de l’orchestre, face aux percussions, et c’est tout. La scénographie est sobre. Les jeux de lumières le sont aussi, mais participent à recréer l’histoire, par exemple en faisant apparaitre un carré d’herbe où retombe durement le récitant, quand le loup est rejeté par l’éléphante.

alicia

La Copine

 

« J’ai aimé le passage avec l’éléphant, quand le monsieur imitait l’éléphant avec son instrument : le tuba, qui ressemblait à sa trompe et ses pas lourds. »

C’est un plaisir de voir l’orchestre sur scène car une vraie complicité relie les musiciens ! Ils ont réussi le pari d’une mise en scène simple mais assez dynamique. Ainsi, le tableau de l’hémione a marqué tous les esprits, grâce à un cri de surprise – « Un quoi ? » – poussé par tout l’orchestre, avant que l’instrumentiste soliste interprète de l’équidé ne parte en courant, pourchassé par le récitant ! Par la suite nous assistons à un combat de kangourous parmi les trompettistes… vraiment !

Ces jeux de scène sont suffisants pour attirer l’attention des enfants vers les instrumentistes et les faire rire à plusieurs moments durant l’heure de spectacle. La réussite est qu’ils ne sont pas trop envahissants et ne prennent pas le pas sur la musique.

Improvisations et virtuosité

Et côté musique donc, nos oreilles sont servies. Les enfants apprécient le concert et applaudissent avec toute la salle à la fin de chaque improvisation. Celles-ci font pour moi tout l’intérêt du spectacle, puisqu’elles différencient celui-ci de la version enregistrée que j’ai entendue très souvent ces derniers mois !

ainé

L’Aîné

 

« J’ai beaucoup aimé les plumes, le joueur de l’hémione qui s’enfuit, c’était très drôle. »

L’excellence musicale de l’Amazing Keystone Big Band est bien démontrée par la précision de l’exécution de l’œuvre, la qualité des improvisations, la facilité avec laquelle certains passent d’un instrument à l’autre, tandis que les quatre chefs d’orchestre se passent discrètement la direction de l’ensemble.

La représentation s’achève sur un départ en fanfare dans la salle sous les acclamations méritées du public !

L’auditoire a apprécié de découvrir, en bonus, un extrait du futur spectacle du big band, autour de Django Reinhardt et je suis sortie bien décidée à surveiller leurs dates de concert dans ma région. Quant aux enfants, ils sont très heureux de cette sortie, de la mise en scène, d’avoir bien ri aux imitations animales, et sont bien décidés à revenir !

Publié dans SORTIES | Marqué avec , | Laisser un commentaire